LES CHIENS MORDEURS

Ce sujet étant tellement vaste à couvrir, j'essaierai ici de faire un survol qui pourra éventuellement amener à des chroniques plus pointues sur des aspects ou des circonstances qui vous titillent davantage.

Tout d'abord, il y a les morsures de jeu chez le chiot. Elles sont influencées par leur jeune âge, leur manque de contrôle de la puissance de leur mâchoire et l'apprentissage encore manquant des interactions souhaitables avec les jouets. Il est IMPÉRATIF que votre chiot contrôle sa force avant de lui interdire de mordre, sinon lorsqu'il aura à utiliser ses mâchoires, il le fera sans contrôle et pourra blesser sérieusement plutôt que de servir d'avertissement comme il se devrait. Suivez un cours de niveau chiot en renforcement positif qui apprend au chien comment jouer plutôt que de punir (le prendre par la mâchoire ou taper le museau lorsqu'il mord trop fort) lorsqu'il n'agit pas correctement. Pour plus de détails, voici un lien très utile : https://www.siriuspup.com/behavior-problems/puppy-biting. Les outils qui vous seront utiles pendant cet apprentissage est la laisse, pour pouvoir vous retirer du jeu alors que le chien est attaché à un point fixe, les balles/ballons/cordes, car ce sont elles qui seront « victimes » de morsures pendant le jeu, et un jouet attaché à la taille de vos enfants et qui traîne derrière eux pour diriger « l'attaque » du chien sur le jouet et non sur les mollets de l'enfant.

Il y a aussi les morsures causées par la perte de la dentition de chiot et l'apparition de la dentition d'adulte. Ce processus naturel se fera entre l'âge de 4 à 6 mois. Des produits comme Oragel ou Camélia vendus dans les pharmacies peuvent être utilisés. Autrement, il y a des Kong que vous pouvez farcir, de viande en canne par exemple, et donner congelé au chiot. Vous pouvez aussi mettre des cordes tressées, imbibées d'eau ou non, dans le congélateur et le donner lors d'une de ses crises de dents.

Beaucoup de morsures (mordillement) arrivent lorsque le propriétaire fait quelque chose que le chiot n'aime pas, par exemple, se faire brosser ou essuyer les pattes. Ce sont des morsures qui sont très polies dans le langage canin pour faire comprendre qu'il n'apprécie pas ces manipulations. La solution est bien simple dans ce cas : apprenez-lui qu'un peu de sa collaboration sera récompensée par une friandise prisée. Vous pourrez par exemple donner au début un biscuit par patte essuyée et dans 6 mois lui donner 1 biscuit par 2 pattes essuyées et finalement 1 seul biscuit pour l'ensemble des pattes essuyées. Évidemment, vous pouvez demander à un entraîneur en renforcement positif de vous montrer comment faire de la désensibilisation en bonne et due forme qui sera un outil pour 1001 sauces dans votre quotidien avec votre chiot, même lorsqu'il sera adulte.

Les chiens vieillissants ou malades sont des chiens qui, fréquemment et rapidement, passent à la morsure, car ils sont souvent en douleur et sont donc moins tolérants. Si l'humain interagissant avec le chien respecte sa bulle et son besoin d'espace, le chien n'aura aucune raison de mordre. C'est lorsque le chien a déjà demandé de manière polie qu'on le laisse tranquille et que sa demande n'a pas fonctionné qu'il ira vers l'attaque. Ici, ce n'est pas le chien qui est à blâmer... Aviez-vous lu/vu ? compris ? respecté ?

Quelques rares morsures se produisent lorsque quelque chose bouge, comme un enfant qui court ou un vélo qui passe. La « chose » est alors pourchassée et mordue. Ces morsures sont des morsures de prédation, c’est-à-dire de chasse. C'est un instinct qui est codé génétiquement. Vous ne pourrez jamais changer ce patron-moteur qui est dans son ADN, mais en sachant que ce comportement a lieu avec des « choses » qui n'ont pas fait partie de la socialisation de votre chien, vous comprendrez à quel point il est PRIMORDIAL d'offrir une période de socialisation riche en expériences et en contacts à votre chiot. Cette période se termine à l'âge de 4 mois. Renseignez-vous sur cette période, allez à des cours de maternelle (socialisation) en renforcement positif, sortez votre chien et maximisez cette période, car elle est irréversible. Dr Ian Dunbar (sirius puppy) et Dre Sophia Yin ont de très bonnes chroniques disponibles sur internet.

Il y a souvent des morsures vues lorsque le chien tient à quelque chose et le protège. C'est ce qu'on appelle de la protection de ressources. Cela vise souvent un os, un jouet, un bol de nourriture, un lieu de couchage, etc. Le chien protège ces objets, car il craint de se les faire voler. Et si on lui apprenait qu'on ne lui volera pas ? Encore une fois, la technique appropriée peut soit être apprise dans un cours en renforcement positif ou à la lecture du livre « Mine » de Jean Donaldson.

Il reste que les morsures les plus fréquemment vues qui ne viennent pas de jeux sont celles de défense. Ce que je trouve particulièrement dommage, c'est que 99,9% du temps, lors de mes évaluations, le chien n'a rien à se reprocher. L'humain n'a pas vu, n'a pas lu et n'a pas respecté le chien. Lorsque le chien ne se sent pas bien ou se sent menacé, il le démontre largement avant de passer au mode défense. Si l'humain avait pu bien décoder son chien et interrompre la situation problématique, les accidents seraient souvent évités. Certains chiens ont tendance à être plus inconfortables que d'autres dans certaines situations. Ceci vient de plusieurs influences différentes : la socialisation du chien est pauvre, la génétique des parents du chiot a transmis des comportements de peur et d'agressivité excessives, le chien dormait ou a été surpris, les expériences passées lui ont appris que fuir ne fonctionne pas alors vaut mieux se défendre tout de suite, les menaces d'avertissement (grogner, montrer les dents) ont été punies, donc le chien n'a plus le droit de dire qu'il se sent mal et passe directement à l'attaque, la limite de ce que le chien tolère a été dépassée volontairement ou non (souvent ce sont les enfants qui se trouvent dans cette catégorie).

Alors comment terminer cette chronique autrement qu'en vous disant de CHOISIR la génétique des parents de votre chiot, prendre des cours en groupe et en renforcement positif, socialiser votre chiot à toutes les expériences et espèces et à tous les lieux qu'il aura à côtoyer dans sa vie, prendre un cours sur le langage canin pour prévenir les accidents, apprendre et maitriser l'art de la désensibilisation, éduquer les enfants autant que les chiens, superviser TOUTES les interactions entre des enfants et des chiens (et on pourra discuter de comment bien le faire dans une autre chronique), et avoir des attentes réalistes de ce qu'est un chien, car malheureusement nous avons souvent l'influence des films de Disney d'un chien parfait au même titre que Barbie est la femme parfaite.